Vous êtes ici // Accueil // Publications // Demander un titre de séjour pour soins lors d’une demande d’asile : à quel point est-ce possible ?

Demander un titre de séjour pour soins lors d’une demande d’asile : à quel point est-ce possible ?

Nada BOUJANOUI

Année de publication : 2020

Type de ressources : Mémoires et thèses - Thématique : PUBLIC MIGRANT, SCIENCES HUMAINES, Sciences politiques

Télécharger le PDF

Introduction

« Allo Nada ! Tu es au courant des nouveautés ! Je suis désolée mais on ferme le restaurant à cause du Covid-19 jusqu’à nouvel ordre. Je m’inquiète pour toi, tu n’as même pas de bourses mais si tu as besoin de quoi que ce soit on est là pour toi » (Le patron du restaurant où j’exerce mon job d’étudiant).

« Allo ! Madame BOUJANOUI ? Je vous appelle par rapport à notre RDV au CPAM, est-ce que vous confirmez votre présence ? (…) Mais il faut savoir que notre RDV n’aboutira à rien sans avis d’imposition comme justificatif, sinon ça ne sert vraiment à rien de constituer un dossier incomplet … » (CPAM).

« Allo ! Oui Madame. (…) On va commencer à envoyer les avis d’imposition à partir du 05 Août sinon on ne peut rien faire avant » (service des impôts des particuliers).

Le 20 Août, avis d’imposition non reçu : « Allo ! Madame, je m’excuse je dois encore annuler notre RDV puisque je n’ai pas réussi à ouvrir mes droits ! (…) Oui la douleur persiste mais je vais attendre un peu l’ouverture des droits puis je reprends le RDV sur Doctolib, merci » (Nada BOUJANOUI).

« Allo ! Madame BOUJANOUI ? c’est la direction du Crous. Je vois que vous n’avez pas encore payer les deux derniers mois, vous avez jusqu’à la fin du mois pour régler votre situation » (Direction du Crous). (…)

Les conversations citées ci-dessus ne sont pas anodines, ce sont des conversations que j’ai menées durant ces dernières semaines. Il y a juste quelques semaines je me demandais si je profite de cet écrit pour extérioriser et exprimer ce que vit un étudiant étranger surtout dans un tel contexte (hanté par la peur, l’angoisse, l’incertitude, le mal du pays, et écrasé entre l’ambition et la réalité…) ou bien continuer à profiter de l’encadrement des professionnels du domaine dont je veux me spécialiser. Finalement, je me dis que ma situation n’est pas pire que le public dont je me suis toujours intéressé. (…)

Publications similaires

Les femmes migrantes et les dépistages des cancers féminins.

santé - cancer - femme - migration - prévention

Marie-Pierre POUX - Année de publication : 2017

La santé mentale, passeuse de frontières

accès aux soins - accès aux soins - clinique - accès aux soins - vulnérabilité - santé mentale - réhabilitation psychosociale - offre de soins - psychothérapie

Bertrand Ravon, Elodie Gilliot et Nicolas Chambon - Année de publication : 2022

L’accès aux soins en santé mentale du public demandeur d’asile en Auvergne. Etat des lieux.

accompagnement - professionnalité - réseau - ruralité