Vous êtes ici // Accueil // Publications // Soutenir les parents – en situation de migration – dans leurs fonctions éducatives.

Soutenir les parents – en situation de migration – dans leurs fonctions éducatives.

Seray CILINGIR TRAVAILLOUX

Année de publication : 2018

Type de ressources : Mémoires et thèses - Thématique : PUBLIC MIGRANT, TRAVAIL SOCIAL

Télécharger le PDF

1. INTRODUCTION

« Pour beaucoup de migrants, l’institution scolaire constitue la première institution
d’accueil, celle qui permet d’apprendre sa culture, sa langue et se construire un avenir
meilleur dans un monde nouveau par le biais de la réussite scolaire » (1)

Titulaire d’une maîtrise de sociologie et du diplôme d’enseignants 6-11 ans en Turquie,
j’accompagne des personnes en situation de migration en tant que médiatrice et interprète
français-turc à la mairie historique de Cran-Gevrier (74960) depuis une dizaine d’années.
En 2004, la mairie a souhaité financer ce poste d’interprète – médiateur social afin de faciliter
la compréhension entre les parents d’origine étrangère et les enseignants dans le but de
favoriser la réussite scolaire.

La réussite scolaire des enfants était basse à l’image des autres familles en situation de
migration. En France, les élèves issus de l’immigration sont au moins deux fois plus
susceptible de compter parmi les élèves en difficulté, selon l’enquête PISA 2.

Le constat se résumait aux points suivants :

  • Les familles ne se sentaient pas en confiance vis-à-vis de l’école et une peur s’était installée
    autour de la « perte d’identité »
  • Les enseignants relevaient un manque d’intérêt des parents pour l’éducation de leurs
    enfants
  • Les enseignants s’inquiétaient de plus en plus des absences des enfants d’origine étrangère, plus particulièrement d’origine turque aux sorties scolaires, aux classes de neige, vertes et aux séances de piscine obligatoire.
  • Les filles étaient plus nombreuses à manquer l’école pour diverses raisons.
  • Les enfants partaient plus tôt en vacances d’été et faisaient leur rentrée de septembre
    souvent très en retard.
  • Les parents ne participaient que rarement aux réunions d’information en début d’année ni aux entretiens individuels de suivi de scolarité. (…)

Publications similaires

Supporter l’impuissance pour « soigner » les scarifications

souffrance psychique - adolescence - psychiatrie publique

Adrien Cascarino - Année de publication : 2022

Groupes de parole pour la communauté tchétchène à Nice

accompagnement - hébergement - psychiatrie publique - groupe de parole - accompagnement - accompagnement - asile

Bernard AUBIN et Agnès GILLINO - Année de publication : 2005

Psychologisation de l’exclusion sociale ou socialisation de la pratique psychologique ?

exclusion - souffrance psychique - aller vers